Le printemps est la saison de reproduction pour la plupart des oiseaux, mais comment les oiseaux se reproduisent-ils? Se réunir lors de la copulation sexuelle est essentiel pour féconder des œufs pour élever de jeunes oiseaux, mais l’acte sexuel ne représente qu’une brève partie de la cour et des liens de couple entre oiseaux.

L’anatomie reproductive des oiseaux

La plupart des oiseaux ne possèdent pas les mêmes parties du corps reproducteur que les mammifères. Au lieu de cela, les oiseaux mâles et femelles ont un cloaque. Il s’agit d’une des ouvertures (également appelée l’évent) qui sert de sortie corporelle à leurs systèmes digestif, urinaire et reproducteur. Cela signifie que la même ouverture qui excrète les excréments et l’urine est l’ouverture à partir de laquelle les œufs sont pondus. Pendant la saison de reproduction, le cloaque gonfle et dépasse légèrement à l’extérieur du corps, tandis que pendant le reste de l’année, il est beaucoup moins visible.

Lorsque les oiseaux sont prêts à se reproduire, leurs organes reproducteurs, les testicules et les ovaires, gonflent et produisent le sperme et les ovules. Les oiseaux mâles stockent le sperme dans leur cloaque jusqu’à ce qu’une occasion de se reproduire se présente, et les femelles le recevront dans leur cloaque avant qu’il ne s’enfonce plus profondément dans leur corps pour féconder leurs ovules et commencer la formation d’ovules.

1:10

Regarder maintenant: Comment les oiseaux se reproduisent-ils?

La cour des oiseaux

La cour entre deux oiseaux peut durer beaucoup plus longtemps que l’acte de copulation. La cour peut comporter plusieurs étapes, allant de la revendication initiale de territoire à la séduction d’un partenaire éventuel avec des démonstrations visuelles et auditives telles qu’un plumage magnifique, des vols spectaculaires, des chansons complexes ou même des danses élaborées. La parade nuptiale est celle où un oiseau mâle montre sa santé et sa force pour convaincre une femelle qu’elle est son meilleur partenaire et qu’elle l’aidera à créer les poussins les plus forts et les plus en santé qui ont les meilleures chances de survie.

Comment les oiseaux ont des rapports sexuels

Une fois qu’un oiseau femelle est réceptif à un partenaire, qu’il s’agisse d’un nouveau partenaire à chaque saison de reproduction ou tout simplement en renouant des liens avec un partenaire à vie, l’accouplement peut avoir lieu. Les positions et les postures que les oiseaux assument pour s’accoupler peuvent varier, mais le plus souvent consiste à ce que l’oiseau mâle se balance au-dessus de la femelle. La femelle peut se pencher, se coucher ou s’incliner pour faciliter l’équilibre du mâle. Elle écartera ensuite sa queue pour exposer son cloaque à sa portée et il courbera son corps pour que son cloaque puisse toucher le sien. Le bref frottement des cloacas peut durer moins d’une seconde, mais le sperme est transféré rapidement pendant ce « baiser cloacal » et l’accouplement est terminé. L’équilibrage peut prendre plus de temps car les oiseaux restent en contact l’un avec l’autre et plusieurs « baisers » peuvent se produire en quelques instants. Les oiseaux resteront excités par leurs hormones pendant une semaine ou plus et pourront s’accoupler plusieurs fois au cours de cette période pour augmenter les chances de réussite de l’insémination.

Certaines espèces d’oiseaux, notamment plusieurs espèces de cygnes, d’oies et de canards, n’ont pas de cloaque, mais les oiseaux mâles ont un phallus (pénis) qui est inséré dans la femelle lors de l’accouplement. Le pénis est formé par une extension de la paroi cloacale et, contrairement aux mammifères, est érigé par la lymphe plutôt que par le sang. Le fait d’avoir un pénis aide différents types d’oiseaux aquatiques à s’accoupler dans l’eau sans que le sperme ne s’éloigne du cloaque exposé. Plusieurs autres espèces d’oiseaux, notamment les casoars, les kiwis et les autruches, possèdent également un pénis plutôt que des cloacas, mais l’acte d’accouplement n’est toujours qu’une brève rencontre.

Après l’accouplement, le sperme se rend aux ovules pour la fécondation. Les œufs peuvent être pondus en quelques jours seulement ou plusieurs mois avant que les œufs ne soient prêts à être pondus et que la couvée finale du nid commence.

Si vous voyez des oiseaux s’accoupler

De nombreux ornithologues sont tout d’abord ravis de constater le comportement unique des oiseaux, puis deviennent rapidement embarrassés lorsqu’ils réalisent qu’ils observent les oiseaux s’accoupler. Parce que l’acte d’accouplement est si bref, le fait d’être observé ne perturbe généralement pas les oiseaux, mais il est important de comprendre que la période est encore délicate pour les couples d’oiseaux.

Si vous voyez des oiseaux en train de s’accoupler, il est préférable de garder votre distance, car une approche plus rapprochée peut les effrayer et les forcer à partir, ce qui peut interrompre leur cour ou nuire à leur lien. Cela peut également entraîner des difficultés pour élever une couvée ou pour terminer un accouplement réussi si la paire se sépare prématurément. S’ils sont gravement perturbés, ils peuvent quitter leur territoire soigneusement choisi et être forcés de s’installer dans une zone moins appropriée qui risque de ne pas répondre à tous les besoins de leurs nouveau-nés.

Une fois que les oiseaux se sont accouplés, ils peuvent rester à proximité pour nicher et élever leur couvée. Cela peut fournir une occasion unique pour les ornithologues d’observer une famille d’oiseaux en pleine croissance, mais la même prudence doit être de rester à l’écart du nid afin de protéger les jeunes oiseaux. Trop d’attention peut nuire aux oiseaux parents, les obligeant à abandonner le nid ou les nouveau-nés. Attirer l’attention sur le nid peut également attirer les prédateurs, et les ornithologues amateurs doivent veiller à ne pas déranger les oiseaux nicheurs de quelque manière que ce soit.

Voir des oiseaux nicheurs peut être excitant, et cela rappelle à quel point l’observation des oiseaux au printemps peut être spéciale. En comprenant comment les oiseaux se reproduisent, les ornithologues amateurs peuvent mieux comprendre les comportements uniques observés sur le terrain et prendre des mesures pour protéger les oiseaux nicheurs et leurs petits.