Pour certains enfants, un berceau procure un sentiment de sécurité confortable. Pour d’autres, ces barreaux gênants sont tout ce qui les sépare de la liberté. Que vous ayez un artiste d’évasion sur les bras ou juste un jeune qui sera bientôt trop grand, ces cinq conseils sans larmes permettront à votre petite rêveuse de dormir dans son propre lit en un rien de temps!

  • 01 de 05

    Obtenez le bon timing

    Comme pour la plupart des choses, une transition réussie vers un grand lit est une question de timing. Bien que la plupart des enfants fassent le grand déménagement entre l’âge de 1 et 3 ans, il n’est pas nécessaire d’accélérer le processus. Prendre le temps de bien dormir, entraînez votre enfant et établissez une routine confortable avant de le déplacer facilitera grandement la transition pour toutes les personnes concernées. Cela étant dit, si votre enfant atteint une hauteur de 35 pouces et n’a pas encore fait la transition vers un lit, ou si vous attrapez votre mini-singe au milieu du jailbreak, il est probablement temps de faire un changement.

    Parfois, les circonstances dictent une expulsion précoce. Si vous avez un nouveau petit locataire sur le chemin, assurez-vous de placer votre enfant en bas âge au statut de grand enfant bien avant l’arrivée de bébé, en laissant au moins huit semaines s’écouler avant de réaffecter la propriété. Si votre enfant n’est pas vraiment prêt pour un nouveau lit ou s’il a du mal à s’adapter à la situation, songez à emprunter un berceau ou un deuxième berceau jusqu’à ce qu’il soit prêt à passer à autre chose.

  • 02 de 05

    Obtenez votre petit impliqué

    Faire la transition vers un lit d’enfant en bas âge est une grosse affaire, alors traitez-le comme tel! Célébrez le nouveau statut de votre bébé en lui permettant de choisir son propre lit. Si vous avez déjà un lit en main, laissez-les choisir leur propre literie. Ensuite, organisez une soirée informelle d’installation! Demandez à votre tout-petit de vous installer et de faire son lit. Après tout! Ils sont un grand enfant maintenant, et les grands enfants peuvent aider! Assurez-vous de féliciter votre interlocuteur, mais tenez-vous au renforcement positif et veillez à ne pas ridiculiser le berceau de ridicule ou d’enfant, surtout si votre enfant semble un peu désolé de le voir disparaître. (Il se peut qu’il doive faire une deuxième comparution et vous ne voulez pas que votre enfant ait l’impression d’avoir échoué ou de vous avoir déçu s’il se révèle qu’il n’était pas aussi prêt que vous le pensiez.)

  • 03 de 05

    Ajouter une dose de familiarité

    La routine aide les tout-petits à comprendre leur monde très grand et occupé. Même un petit changement de procédure peut laisser votre bébé anxieux et frustré. Pour aider votre tout-petit à faire face, essayez de garder la routine et les réglages aussi familiers que possible. Ne saisissez pas cette occasion pour mettre à jour le décor ou repenser l’ensemble du concept de la pépinière. Essayez de garder le lit au même endroit et laissez votre tout-petit utiliser son ancienne couverture pour lit de bébé, même si elle est trop petite. Vous voudrez également éviter d’entraîner d’autres changements importants, tels que l’entraînement à la propreté ou le sevrage du paci ou de la bouteille, jusqu’à ce qu’ils se sentent à l’aise avec leurs nouveaux arrangements en matière de sommeil.

  • 04 de 05

    Renforcer la sécurité

    Maintenant que votre tout-petit est sorti de la crèche, c’est le bon moment pour renforcer vos efforts de protection du bébé. Commencez par vous assurer que votre enfant est en sécurité dans son lit. Si le lit de votre enfant n’en a pas déjà, installez un garde-corps pour éviter les chutes. Si vous passez à un lit double, placez-le directement sur le sol. Vous pouvez toujours ajouter le cadre de lit plus tard. Ensuite, évitez les tentatives d’évasion tard dans la nuit en installant une barrière de sécurité ou un protecteur de porte sur la porte de la pépinière. Enfin, si ce n’est déjà fait, prenez le temps de bien protéger la chambre de votre enfant. N’oubliez pas qu’un accident dans une garderie peut survenir très rapidement et que, maintenant que votre tout-petit est libre de circuler librement dans la garderie, vous n’êtes peut-être pas toujours là pour prévenir les catastrophes.

    Continuer à 5 sur 5 ci-dessous.

  • 05 de 05

    Ne vous découragez pas

    Si votre enfant a du mal à faire face au changement – ou si vous avez du mal à le garder au lit – vous n’êtes pas seul. Soyez constant et patient et donnez-lui un peu de temps. Si votre enfant se lève, ramassez-le et remettez-le-lui tout de suite. Soyez calme, doux et silencieux! Ce qui peut sembler à première vue un jeu amusant perdra rapidement son charme, surtout si vous refusez d’interagir avec votre tout-petit.

    Si vous pensez que votre petit enfant est vraiment effrayé ou inquiet du changement, envisagez de vous asseoir avec lui un moment avant qu’il ne s’endorme. Si vous êtes avec eux, ils n’ont pas besoin de se lever et de vous retrouver, et un enfant déjà couché a bien plus de chances de s’endormir. Expliquez qu’il ne faut pas parler et résistez à toute tentative de conversation en utilisant une seule phrase, telle que «il est l’heure de se coucher». Chaque soir, déplacez votre fauteuil de quelques pieds plus près de la porte. Assurez-vous de féliciter votre enfant pour ses progrès.